Onze opérateurs de compétences (OPCO) sont agréés par le ministère du Travail

Publié le 02/04/2019

A partir du lundi 1er avril, 11 opérateurs de compétences (OPCO) ont remplacé les 20 OPCA qui existaient jusqu’alors.

Ces nouveaux organismes créés par la loi du 5 septembre 2018 ont pour mission :

  • de financer les contrats en alternance,
  • de prendre en charge les actions de développement des compétences des entreprises de moins de 50 salariés,
  • d’apporter un appui technique aux branches professionnelles en matière de gestion prévisionnelle des compétences et de suivi des certifications professionnelles.

Dans la cadre de la procédure, 13 demandes d’agrément avaient été déposées au ministère du Travail.

Un temps envisagé, le rapprochement de l’opérateur de la santé avec celui de la cohésion sociale ne s’est pas concrétisé.

Le nouveau paysage correspond, à quelques exceptions près, au scénario préconisé par Jean-Marie Marx et René Bagorski dans leur rapport publié en septembre 2018.

Les 11 opérateurs de compétences agréés sont donc :

Les opérateurs de compétences doivent maintenant s’atteler à la mise en place de leurs services et de leurs équipes afin d’assurer les missions que leur confère la loi.

A ce titre, un arrêté du ministère du Travail fixe les différents taux relatifs aux frais de gestion des opérateurs de compétences. Les frais de gestion des opérateurs de compétences sont limités par un plafond compris entre un minimum et un maximum déterminés en pourcentage des sommes reçues de France compétences. Le nouvel arrêté fixe ce taux minimum à 2 % des sommes perçues au cours de l’exercice et le maximum à 6 %.

 

 

Découvrez notre page dédiée à la réforme 2018

Le cadrage général, les évolutions sur les 3 volets de la réforme (Formation, Apprentissage et Assurance chômage), les documents de référence sont en accès direct et mis à jour au fil de l’actualité.

   
Accès à la réforme

c2rp-reforme-formation-visuel-acces.png, par sabrina

         
Haut de page