Crise sanitaire : quel impact sur les Missions locales et les publics accueillis ?

c2rp-visuel-jeunes-ml.jpg
  • Type
    Etudes / Enquêtes, Tableau de bord
  • Date de parution
    juin 2020
  • Animation Régionale des Missions Locales, Observation
  • Producteur
    Autres producteurs

Près de la moitié des 437 Missions locales interrogées ont répondu à un questionnaire lancé par la Dares en concertation avec la délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) et l’union nationale des missions locales (UNML).

Les résultats montrent que deux missions locales sur trois ont complètement fermé leurs lieux d’accueil pendant le confinement, privilégiant le télétravail. Une mission locale sur trois a tout de même accueilli du public en situation d’urgence. La moitié des missions locales indiquent arriver à rester en contact avec plus de 8 jeunes suivis sur 10.

Afin de garder le contact avec les jeunes, les missions locales ont utilisé le téléphone et les outils numériques.

Malgré des structures majoritairement fermées au 16 mars, les parcours d’insertion entamés avant le confinement ont pu être maintenus physiquement ou à distance pour la plupart des jeunes concernés. Néanmoins, le nombre d’entrées dans les différents dispositifs d’insertion a fortement diminué.

Neuf missions locales sur dix ont constaté que des jeunes ont pu trouver un emploi dans les secteurs en tension durant la crise. À l’inverse, une mission locale sur cinq, déclare que de nombreux jeunes suivis ont indiqué avoir perdu un emploi. Parallèlement, les missions locales ont eu moins de contact avec les organismes de formation, les entreprises et l’Education nationale.

Les missions locales anticipent une augmentation du nombre de jeunes à suivre post-confinement et des difficultés liées à leurs conditions d’activité, notamment en termes de débouchés professionnels pour les jeunes et de disponibilités des salariés.