Emplois, compétences, quelles perspectives pour la filière industrielle ferroviaire de demain ?

Fichier attaché
c2rp-visuel-ferroviaire.jpg
  • Type
    Etudes / Enquêtes
  • Date de parution
    décembre 2020
  • Emploi/Formation, Formations, Métiers/Secteurs
  • Producteur
    Autres producteurs

Conçue au cours des mois de février et de mars 2020, puis mise à jour en septembre, cette étude dresse un état de lieux de la filière industrielle ferroviaire d’un point de vue économique, et met en perspective les besoins en emploi et en compétences du secteur.  

L’étude dresse dans un premier temps, un état général de la filière. Cette dernière dispose d’un marché mondial en croissance, qui voit cependant l’arrivée d’un nouveau concurrent mondial de taille : l’entreprise chinoise CRRC.

Afin d’obtenir de nouveaux marchés, les principaux constructeurs adoptent une stratégie dite de « sites jumeaux ». Ces sites sont implantés au sein même des nouveaux marchés conquis, créant toutefois une concurrence directe avec les sites des mêmes constructeurs, implantés historiquement en Europe.

Au niveau national, la demande de transport progresse, soutenue par : la progression des trafics passagers durant la dernière décennie et des carnets de commandes « chargés » jusqu’en 2024. Par ailleurs, 2 lois visant à développer le fret ferroviaire et ouvrant le marché des transports ferroviaires à la concurrence en France, devraient venir renforcer cette dynamique.

Côté emploi, la filière connait en France une croissance de ses effectifs de 5.5 % entre 2008 et 2018. Par comparaison, la métallurgie a vu sur la même période ses effectifs baissés de 14 %. Certains métiers se trouvent en tension, notamment les emplois de soudeurs et de chaudronniers. Cette étude propose également des focus permettant d’apprécier le poids régional des emplois de la branche de la métallurgie et de l’évolution de l’emploi des entreprises du secteur ferroviaire. 4 zones sont ainsi détaillées, celles : du Valenciennois, du Dunkerquois, du Douaisis et du bassin d’Amiens.

Enfin, des entretiens conduits auprès des directions des entreprises et des représentants du personnel, ont permis d’établir une cartographie des métiers de la filière qui connaitront à terme une évolution importante. Cette GPEC permet d’identifier :

  • les métiers en recul (comme les inspecteurs du rail, les caristes),
  • ceux émergents ou en développement (monteur-assembleur, peintre industriel, ingénieur bureau d’études…),
  • les métiers en mutation (technicien de maintenance, responsable Qualité…),
  • ainsi que les métiers en tension (opérateurs, techniciennes…).

Une dernière partie de l’étude est consacrée à la crise sanitaire et à ses conséquences immédiates sur le secteur.  

 

c2rp-cb-visuel-cb1-cartouche.jpg

c2rp-cb-visuel-cb1-cartouche.jpg, par sabrina

Découvrez notre espace dédié au contrat de branches n° 1
"Industrie mécanique, métallurgique, automobile et ferroviaire, services de l’automobile et maintenance des matériels"

Négociés avec les différentes branches professionnelles, les contrats de branches envisagent les plans d’actions économiques et de formation les plus adaptés aux enjeux spécifiques de développement des différents secteurs d’activité.