Intelligence artificielle ou humaine

c2rp-intelligence-artificielle-main-homme-robot.jpg
  • Type
    Autres types
  • Date de parution
    juin 2019
  • Emploi/Formation, Formations, Métiers/Secteurs
  • Producteur
    Autres producteurs

Selon le Cedefop, 14 % seulement des emplois dans l’UE sont exposés à un risque élevé d’automatisation, la plupart des tâches liées étant remplacées par des algorithmes d’apprentissage automatique.

Même si l’intelligence artificielle ne détruit pas nécessairement les emplois, elle les transforme. Selon leur niveau de qualification, le manque de formation pour se préparer à cette transformation et le degré de routine de certains métiers, tous les emplois ne sont pas au même niveau de risque d’automatisation les uns des autres.

Les métiers les plus vulnérables :

Ceux dont les tâches sont aujourd’hui routinières : les assembleurs, les opérateurs d’installations et de machines fixes, les travailleurs des métiers électriques et électroniques, mais aussi les conducteurs et les opérateurs d’installations mobiles : ce qui représente 18 millions de travailleurs de l’UE, soit 8 % des emplois européens comme le précise l’étude.

Les métiers à risque :

Les professions moyennement ou faiblement qualifiées, les travailleurs des professions élémentaires, les artisans et les commerçants, et les opérateurs d’installations et de machines. L’étude met en évidence une aggravation de la situation lorsque les personnes présentent des lacunes en matière de compétences numériques et transversales.

Les métiers les moins impactés :

Les travailleurs des secteurs des services sociaux et des services à la personne, de l’éducation, de la santé et de la culture. Le risque s’amenuise encore pour les cadres et les professions libérales.