Les Pactes régionaux d'investissement dans les compétences

c2rp-ppic-pacte-regionaux-investissement-competences.jpg
  • Type
    Dossiers
  • Date de parution
    janvier 2019
  • Apprentissage/Alternance, Emploi/Formation, Orientation VAE, Dispositifs, Formations
  • Producteur
    C2RP

  • Le PACTE Hauts-de-France

Ces pactes régionaux associent les partenaires régionaux et sont proposés à la signature des Régions par le ministère du Travail. Ils ont pour vocation de « financer des parcours de formation destinés aux publics peu qualifiés, ainsi que des expérimentations au service d’innovations pédagogiques et de parcours ». Les Pactes ont, dès lors des conséquences sur les commandes de formations, mais également sur leurs contenus. Ces dernières devant répondre aux besoins des entreprises.

Les Pactes répondent donc une logique territoriale et à une approche sectorielle.

La volonté du Haut-Commissaire à la Transformation des Compétences étant, grâce au Pacte :

  • de pouvoir adapter le contenu et les programmes de formation aux nouveaux besoins de l’économie,
  • d’identifier les modalités d’achat de la formation plus souples pour mieux s’adapter aux besoins et pour faciliter les entrées en formation,
  • d’introduire de nouvelles modalités pédagogiques : personnalisation des parcours de formation, usage du numérique, accroissement des mises en situation professionnelle, formation en situation de travail…

 

               
 

+  Zoom

Cadre d’élaboration des Pactes  
     
 

Le ministère du Travail a ainsi établi et adressé courant juin 2018 aux Région, un « cadre d’élaboration » des Pactes régionaux d’investissement dans les compétences (cf. document de référence).

Ce pacte définit les trois orientations des Pactes pour la période 2019 à 2022 :

  • Axe 1 - Proposer des parcours qualifiants vers l’emploi au regard des besoins de l’économie en temps réel et de façon prospective (en lien avec la transformation des filières stratégiques de l’économie régionale identifiées par le SRDEII)

En identifiant les compétences non couvertes par les certifications.

En encourageant les actions de formations dans les secteurs en tension.

En favorisant les formations intégrant les mises en activités et les mises en situations de travail, ces dernières devant devenir des « lieu de production de compétences » à part entière.

En intégrant les principes de « rotation du travail », à savoir : permettre à des salariés de TPE-PME de s’inscrire dans le cadre d’une formation longue (avec maintien de salaire) et les remplacer par des demandeurs d’emploi, recrutés en contrats courts et dont leurs formations seraient co-financées par les pouvoirs publics.

  • Axe 2 – Garantir l’accès des publics les plus fragiles aux parcours qualifiants par la consolidation des compétences clés

En confortant l’offre régionale relative aux compétences clés.

En intensifiant ou en repensant certains dispositifs en mettant en avant les approches non académique : pédagogie inversée, fab-lab…

En réduisant les abandons de parcours.

  • Axe 3 – S’engager dans la modernisation des contenus, des modes de mise en œuvre de la formation

En développant la prospective et les diagnostics issus des « data-emploi », pour éviter « l’obsolescence des qualifications et des compétences ».

En encourageant la modularisation des parcours de formation.

En développant les approches innovantes en matière de VAE et de reconnaissance des savoirs professionnels acquis.

En favorisant l’innovation pédagogique : formation à distance, par projet, par le faire, mobilisation de la réalité virtuelle ou de l’intelligence artificielle.

 

Pôle emploi se chargera de déployer les actions du Pacte dans les régions qui auront choisi de ne pas le signer (Auvergne-Rhône-Alpes et PACA).

En amont de la signature des Pactes, la Dares a établi un diagnostic de chaque région, présentant :

  • un panorama général de la région,
  • les postes à pourvoir par métiers,
  • ainsi que les postes à pourvoir par secteurs d’activité.

Ce diagnostic est accessible sur le site du Ministère du Travail.

 
     

 

Régions Formations supplémentaires réparties en fonction du public Part Engagement de maintien
des entrées en formation
hors Plan d'Investissement
  Vote des instances de la Région
sur la commande des Régions sur la commande Pôle emploi
Auvergne-Rhône-Alpes 14 855 10,0%   22 683   sans objet
Bourgogne-France-Comté 5 731 3,9% 10 000 7 675   assemblée plénière 30/03
Bretagne 4 935 3,3% 16 244 9 661    
Centre-Val de Loire 5 719 3,9% 12 325 6 910   commission permanente 13/04
Corse 649 0,4% 1 036 670   commission permanente 13/04, à confirmer
Grand Est 12 676 8,6% 30 105 19 330   commission permanente 29/03
Guadeloupe 2 024 1,4% 2 200 1 620   en cours
Guyane 1 525 1,0% 639 797   commission permanente 25/04
Hauts-de-France 16 988 11,5% 30 000 23 336   commission permanente 01/02
Ile-de-France 23 963 16,2% 38 960 26 903   commission permanente 16/03
La Réunion 5 772 3,9% 6 338 5 624   en cours
Martinique 1 573 1,1% 1 292 1658   en cours
Mayotte 486 0,3% 900 278   en cours
Normandie 7 680 5,2% 22 790 10 789   assemblée plénière 7/02
Nouvelle-Aquitaine 11 449 7,7% 37 184 46 564   assemblée plénière 23/03 sur les principes, commission permanente 23/04 sur les conditions financières
Occitanie 12 959 8,8% 40 875 19 168   commission permanente 13/04
Pays de la Loire 6 837 4,6% 23 338 6 313   commission permanente 20/04
Provence-Alpes-Côte-d'Azur 12 168 8,2%   18 935   sans objet
Total 148 000 100,0% 274 226 198 916    

 

Des formations supplémentaires sont également envisagées sur les territoires de Saint Pierre et Miquelon, ainsi qu'à Saint-Martin (300 entrées en cours d'expertise).

Source : Haut-commissariat à la transformation des compétences

 
c2rp-dossier-pic-bouton-retour-accueil.jpg

c2rp-dossier-pic-bouton-retour-accueil.jpg, par sabrina

 

c2rp-signature-pacte-region-08-02-2019.jpg

c2rp-signature-pacte-region-08-02-2019.jpg, par sabrina

  Le vendredi 8 février 2019, le Pacte régional d’investissement dans les compétences a été signé par Madame Muriel Pénicaud, ministre du Travail, Monsieur Xavier Bertrand, Président de la région Hauts-de-France et Monsieur Michel Lalande, préfet de région, en présence de Madame Karine Charbonnier, vice-présidente en charge de la formation et des relations avec les entreprises et de Madame Michèle Lailler-Beaulieu, directrice régionale de la Direccte.

 

En introduction de la signature du Pacte, Karine Charbonnier a salué un projet extrêmement ambitieux au service de la formation des demandeurs d’emploi de la région. Elle a notamment souligné qu’il s’agissait d’un investissement important en termes de moyens mobilisés et que ces derniers permettaient aux organismes de formation de se projeter dans les 4 prochaines années à venir.

Concernant le Pacte régional d’investissement dans les compétences, Xavier Bertrand a rappelé que les Hauts-de-France allaient mobiliser près de 200 millions d’euros par an. Ainsi 52 000 personnes pourront suivre une formation et sortir potentiellement du chômage. Cet effort permettra de former chaque année 22 000 personnes supplémentaires.

Le Pacte permettra également d’adapter les formations aux exigences des métiers de demain. Cette anticipation est primordiale, au regard  des transformations entrainées notamment par l’intelligence artificielle. Le président de Région souhaite faire vivre ce Pacte dans les années à venir, pour observer et anticiper les besoins en compétences des filières.

Face à l’urgence économique et sociale des personnes en recherche d’emploi, et pour répondre aux difficultés de recrutement de certaines filières, il s’agit de déployer de nouvelles modalités de formation, afin de « former plus vite et mieux ». En intégrant si possible au parcours de professionnalisation des individus : la VAE, des périodes d’alternance et une approche modulaire de la formation.

Concernant les demandeurs d’emploi de longue durée, des initiatives et des expérimentations pourront être soutenues en lien avec Pôle Emploi.

 

Pour la ministre du Travail, le PIC permet à l’Etat et aux régions d’allier leurs forces.

 

Muriel Pénicaud a rappelé en introduction que près de 40 % des demandeurs d’emploi le sont depuis plus d’un an. Mais également, qu’un certain nombre des concitoyens, qu’ils soient, décrocheurs, demandeurs d’emploi de longue durée, ont juste besoin d’un tremplin en matière de formation, d’un accompagnement afin de les aider.

Face à ce constat, le PIC prévoit de mobiliser 15 milliards d’euros sur les 5 ans, en formant 1 million de jeunes et 1 million de demandeurs d’emploi dans l’ensemble du pays.

Le nombre et la richesse de structures innovantes sur le plan social et économique présent en Hauts-de-France a été souligné. Le Pacte régional d’investissement dans les compétences  permettra à ces structures :

  • de changer d’échelle en ayant une visibilité sur 4 ans,
  • de monter en puissance, via un accompagnement innovant et de qualité,
  • d’accroître le nombre de leurs bénéficiaires.

L’état va ainsi investir dans les 4 ans à venir 745 millions d’euros en Hauts-de-France.

Si la loi pour choisir son avenir professionnel révolutionne un certain nombre de concepts, notamment sur les modalités de formation (en ligne, en situation de travail, en présentiel), l’innovation pédagogique est l’un des axes majeurs du Pacte. Muriel Pénicaud, indique que des actions expérimentales seront déployées, notamment avec des acteurs locaux, comme l’association Vitamine T, ou le chef cuisinier Thierry Marx, qui ouvrira à Maubeuge un dispositif « cuisine-mon emploi »  qui expérimentera la « cuisine-mode d’emploi-mobile ».

C’est l’ensemble du territoire régional qui sera couvert par le Pacte : « les formations iront au-devant des concitoyens, là où ils sont, en zone rurale ou en quartier prioritaire politique de la ville ».

Pour les années à venir 2 grandes priorités budgétaires guideront l’action du ministère : l’insertion et la formation, considérées comme les 2 leviers pour aller vers l’emploi pour les plus vulnérables.

c2rp-dossier-pic-bouton-retour-accueil.jpg

c2rp-dossier-pic-bouton-retour-accueil.jpg, par sabrina

Haut de page