Mesure et analyse des discriminations d’accès à l’apprentissage

logo-cereq.jpg
  • Type
    Etudes / Enquêtes
  • Date de parution
    mai 2018
  • Apprentissage/Alternance, Dispositifs, Observation
  • Producteur
    Autres producteurs

Le projet « Mesure et analyse des discriminations d’accès à l’apprentissage » a été mené de 2014 à 2017 par une équipe de chercheurs issus du Céreq et des laboratoires CERTOP, CLERSE et LPS-DT.

L’analyse de ces données met en exergue un clivage qui se creuse au fil du temps entre la population des apprentis et celles de lycéens professionnels, à filière de formation équivalente. Si les apprentis sont mécaniquement plus masculins du fait du petit nombre de filières d’apprentissage accessibles aux jeunes femmes au niveau secondaire (hormis la coiffure-esthétique et accessoirement la vente), ils sont aussi d’une origine sociale un peu moins « populaire » que les lycéens, et aussi moins souvent héritiers de l’immigration postcoloniale.

Ces différences sociologiques entre les groupes apprentis et lycéens sous-tendent d’une part des écarts de ressources familiales qui vont se répercuter sur la possibilité pour le jeune d’accéder à un contrat d’apprentissage (ou d’y accéder avec plus ou moins de facilité une fois ce choix arrêté), et le cas échéant de devoir se replier sur une formation sous statut scolaire ; d’autre part des différences culturelles en matière de rapport au système scolaire et au projet professionnel : les apprenti.e.s mettent en avant la vocation et valorisent un métier étayé et matérialisé par l’histoire familiale, les lycéen.ne.s candidat.e.s à l’apprentissage valorisent le travail.

Haut de page