« Personne n’est inemployable » selon Jean-Marc Borello qui propose un parcours emploi compétences

c2rp-donnons-nous-les-moyens-de-linclusion.jpg
  • Type
    Autres types
  • Date de parution
    janvier 2018
  • Emploi/Formation, Dispositifs
  • Producteur
    Autres producteurs

Commandité par le Ministère du travail, Jean-Marc Borello a remis son rapport « sur les politiques d’inclusion ».

En s’appuyant sur les dispositifs actuels, son rôle était de proposer des solutions pour l’insertion des publics en difficultés.

Parmi ces propositions, reposant sur un triptyque « emploi-formation-accompagnement », on note :

  • le remplacement des « contrats aidés » par des « parcours emploi compétences » qui engagent les employeurs à inclure, accompagner et proposer des actions de formation à ces salariés ;
  • un nouveau dispositif de formation en alternance : le « contrat de professionnalisation adaptée » à destination des personnes les plus éloignées de l’emploi ;
  • la création d’un « fonds d’inclusion dans l’emploi », dont la souplesse d’utilisation doit permettre aux préfets de région de mobiliser les aides et l’accès ou au retour à l’emploi en fonction des réalités du terrain ;
  • l’instauration d’un pacte d’ambition avec le secteur de l’insertion par l’activité économique qui permettrait d’atteindre une croissance de 20 % du nombre de salariés.

D’autre part, une circulaire du 11 janvier 2018 reprend quelques recommandations issues de ce rapport. Deux changements majeurs :

  • la transformation des contrats aidés en « parcours emploi compétences » sur une logique de parcours pour l’individu et sur une sélection des employeurs (sur leur capacité à offrir des postes et un environnement propice à un parcours d’insertion),
  • la création d’un Fond d’inclusion dans l’emploi permettant une gestion globale des contrats aidés et de l’insertion par l’activité économique, ceci dans une même enveloppe. Les Préfets de région auront des marges de manœuvre au regard des besoins locaux pour proposer, en lien avec les collectivités territoriales, une meilleure cohérence de l’offre d’insertion dans les territoires.

En annexe (fiche n°2), est indiqué la ventilation régionale du fonds : on remarque que l’enveloppe financière alloué à la région Hauts-de-France est la plus importante.

 

Haut de page