Trajectoires professionnelles et dynamiques de formation des salariés

c2rp-cereq-trajectoires-professionnelles-et-dynamiques-de-formation-des-salaries.jpg
  • Type
    Etudes / Enquêtes
  • Date de parution
    juin 2018
  • Emploi/Formation, Formations, Observation
  • Producteur
    Autres producteurs

Le « dispositif d’enquêtes sur les formations et itinéraires des salariés » (Defis), conduit par le Céreq à la demande du CNEFP (Conseil national d’évaluations de la formation professionnelle), permet d’étudier les dynamiques de formation des salariés dans leur diversité, en lien avec le travail et son organisation et avec les politiques de formation et de ressources humaines des entreprises, ainsi que leurs effets sur les carrières professionnelles et salariales, sur la mobilité externe et les chances d’accès à un nouvel emploi et sur d’autres changements dans l’activité professionnelle des salariés.

Entre l’été et l’automne 2015 et à l’automne 2016, environ 16 000 salariés ont été interrogés. Ils ont été répartis au sein de 10 trajectoires professionnelles types.

Ce rapport présente les étapes de conception et les résultats de ces 10 trajectoires types :

  • description des parcours types caractérisant les différentes classes,
  • caractéristiques socio-démographiques des individus selon chaque trajectoire,
  • caractéristiques de leurs emplois.

Les trajectoires-types fournissent un premier éclairage sur les parcours des salariés interrogés, en lien avec leurs caractéristiques et leurs parcours de formation.

Ainsi les trajectoires marquées par le chômage, l’inactivité et l’instabilité rassemblent plus de femmes, de salariés de moins de 30 ans et de salariés en contrats à durée déterminée ou intérimaires.

La population de salariés mobiles diffère en termes d’accès à la formation : les salariés quittant leur entreprise d’origine pour une autre entreprise ont un accès élevé à la formation, tandis que ceux partant de l’entreprise pour le chômage durable se forment moins souvent. Cependant, les formations suivies dans le cadre du chômage sont plus longues.