Une étude portant sur les abandons de formation par les demandeurs d’emploi

Fichier attaché
c2rp-groupe-en-formation.jpg
  • Type
    Etudes / Enquêtes
  • Date de parution
    octobre 2021
  • Emploi/Formation, Formations
  • Producteur
    Autres producteurs

Élaborée à partir de l’enquête Post-Formation, la Dares publie une étude permettant de mieux cerner les caractéristiques et les motifs des demandeurs d’emploi interrompant leur parcours de formation.

8% des personnes en stage et en recherche d’emploi abandonnent leur parcours de formation

Issues de 2019, les données de l’enquête permettent de hiérarchiser les motifs ayant entrainé l’abandon d’une formation. Au total, 8% des stagiaires abandonnent leur formation, dont 9% des femmes et 7% des hommes.

Les raisons personnelles, les retours à l’emploi et les apports jugés insuffisants ou trop élevés sont les principaux motifs avancés

Les abandons de formation pour raisons personnelles sont les plus fréquents. Ces derniers rassemblent les abandons pour problème de santé, ainsi que ceux engendrés par des contraintes familiales. Ils représentent ainsi 24% des motifs d’abandons.

Viennent ensuite par ordre décroissant de fréquence, les abandons pour cause :

  • de retour à l’emploi (22% des cas),
  • d’apport insuffisant ou de niveau trop élevé (19%),
  • de problèmes relationnels (13%),
  • de difficultés financières (10%),
  • de formation trop éloignée du domicile (6%),
  • de suivi d’une autre formation (6%),
  • de formation imposée (4%).

D’autres déterminants entrent en jeu, comme le sexe, l’âge, la situation financière et la personne à l’initiative de la prescription de la formation

Les femmes en recherche d’emploi sont 26% à abandonner une formation pour contrainte personnelle, contre 21% des hommes. Cet écart s’explique notamment par les charges incombant principalement aux mères.

Autre déterminant : la catégorie d’âge. En effet, les jeunes de moins de 26 ans abandonnent davantage leur formation que les personnes de plus de 50 ans, principalement pour des raisons d’inadéquation des apports de la formation jugés insuffisants ou trop élevés (22% des moins de 26 ans, contre 17% des plus de 50 ans).

Cet écart en matière de taux d’abandon se retrouve également en ce qui concerne les difficultés financières. Ce problème est à la source des abandons pour 10% des moins de 26 ans contre 6% des plus de 50 ans.

La nature de la personne à l’initiative du stage impacte également le taux d’abandon d’une formation. En effet, lorsque le stage est initié par le ou la bénéficiaire, le taux d’abandon est inférieur de 1,5 point par rapport à une formation prescrite par une tierce personne (entourage, Pôle emploi…).

Par ailleurs, le taux d’abandon est nettement moindre lorsque le bénéficiaire a le sentiment d’être bien informé sur le contenu de la formation. La probabilité d’abandon diminue ainsi de 8 points.

Autre fait marquant : « les personnes suivant un stage afin de créer leur entreprise abandonnent moins que ceux qui souhaitent apprendre ou découvrir un métier, se perfectionner ou se mettre à niveau (probabilité inférieure de 3,7 points) ».