Nouvelles mesures pour renforcer l’attractivité du métier d’aide-soignant

Publié le 06/04/2020

Comme l’avait identifié Myriam EL KHOMRI dans son rapport sur les métiers du grand âge, les aides-soignants jouent un rôle central dans l’accompagnement des patients du système de soin  ,en particulier des résidents des établissements pour personnes âgées mais aussi auprès des personnes fragiles à domicile . Pour renforcer l’attractivité de ce métier, des mesures ont été prises :

En formation initiale à compter de septembre 2020 : suppression du concours d’aide-soignant qui sera remplcé par un système d’examen de dossier et d’entretien oral valorisant davantage les qualités attendues, notamment relationnelles. 

Passage de 10 à 12 mois de formation, autour de nouveaux enseignements comme le repérage des fragilités, la prévention de la perte d’autonomie ou encore le raisonnement clinique en équipe pluriprofessionnelle.

En formation continue : nouvelle formation collective certifiante centrée sur les besoins des personnes âgées, d’une durée de 3 semaines.

En faveur de la prévention de la sinistralité de ce métier : création d’un fonds national de prévention doté de 40 millions d’euros et la mise en place, sur les deux dernières années de carrière, d’un mi-temps payé à 75% et avec 100% de cotisation retraite grâce à l’appui du Fonds pour l’Emploi Hospitalier.

Ceci en perspective de la loi grand âge annoncée à l’autonome 2020.

 

c2rp-cb-visuel-cb6-cartouche.jpg

c2rp-cb-visuel-cb6-cartouche.jpg, par sabrina

Découvrez notre espace dédié au contrat de branches n° 6
"Santé, social, services à la personne, silver économie et l’emploi à domicile"

Négociés avec les différentes branches professionnelles, les contrats de branches envisagent les plans d’actions économiques et de formation les plus adaptés aux enjeux spécifiques de développement des différents secteurs d’activité.

Haut de page