Etude sur les impacts des mutations de la construction automobile sur l’emploi et les compétences

Fichier attaché
c2rp-design-automobile.jpg
  • Type
    Etudes / Enquêtes
  • Date de parution
    avril 2021
  • Emploi/Formation, Métiers/Secteurs
  • Producteur
    Autres producteurs

L’Observatoire paritaire prospectif et analytique des métiers et qualifications de la métallurgie publie une mise à jour de son étude portant sur les impacts des mutations de la construction automobile sur l’emploi et les compétences.

Les nouvelles réglementations en matière de normes d’émission de particules, la crise sanitaire, le plan de relance et les alliances stratégiques des différents constructeurs ont en partie impacté les perspectives de production des sites industriels et leurs politiques de gestion des emplois et des compétences.

L’observatoire des métiers et qualifications de la métallurgie en partenariat avec l’Opco 2i propose, via cette nouvelle actualisation :

  • de dresser un état des lieux des effets de la crise économique et sanitaire sur la production et les perspectives des sites industriels de la construction automobile,
  • d’établir des projections d’évolution de l’emploi et des recrutements dans la construction automobile, au niveau national, par région, par famille de métiers et métiers,
  • d’identifier et d’évaluer les risques de pertes d’emploi par métiers, afin de proposer des formations et des mobilités permettant de sécuriser les parcours professionnels des salariés les plus exposés,
  • d’actualiser les résultats des études prospectives sur les besoins d’emplois et de compétences dans la construction automobile, en tenant compte des effets des crises actuelles (sanitaire et économique) ainsi que des évolutions stratégiques des entreprises françaises de la filière,
  • d’identifier les évolutions qualitatives des métiers engendrées par ces mutations économiques, en identifiant notamment les nouvelles compétences.

En 11 ans, 29% des emplois du secteur de la construction automobile ont disparu

Au titre des principaux enseignements, l’observatoire constate une baisse de 28,7% de l’emploi salarié entre 2008 et 2019, soit une perte de près de 76 500 emplois. Cette baisse est 2 fois plus importante que dans l’ensemble de l’industrie française. Au niveau régional, ce sont 29% des emplois qui ont été perdus sur cette période.

D’un point de vue stratégique les acteurs de la filière redéfinissent leurs priorités. L’électrification des véhicules et les exigences environnementales liées à la neutralité carbone sont les deux priorités des acteurs du secteur.

Au niveau régional, l’étude démontre que la filière tend à se conforter avec des projets d’usines de cellules pour batterie (ACC Douvrin et Renault), ce qui devrait faire des Hauts-de-France la région la moins impactée en termes de perte d’emploi à venir avec la région Auvergne-Rhône-Alpes.

De nouveaux métiers apparaissent parmi les métiers en tension

Certaines familles de métiers connaissent de profondes mutations. C’est notamment le cas des ingénieurs fonderie, au regard de la surcapacité de production et du manque de compétitivité du secteur.

Concernant les métiers en tension à horizon 2020-2025, les métiers d’ingénieurs thermodynamicien (recherche de solutions de refroidissement des batteries lithium-ion), d’ingénieurs matériaux et particulièrement les ingénieurs élastomères, ainsi que les ingénieurs UX/U sont identifiés comme métiers prioritaires.

Les ingénieurs système, les ingénieurs mécatronique, les architectes logiciel, les Data Scientist, les ingénieurs en intelligence artificielle, les ingénieurs en électronique embarquée sont également identifiés comme métiers prioritaires.

 

 

c2rp-cb-visuel-cb1-cartouche.jpg

c2rp-cb-visuel-cb1-cartouche.jpg, par sabrina

Découvrez notre espace dédié au contrat de branches n° 1
"Industrie mécanique, métallurgique, automobile et ferroviaire, services de l’automobile et maintenance des matériels"

Négociés avec les différentes branches professionnelles, les contrats de branches envisagent les plans d’actions économiques et de formation les plus adaptés aux enjeux spécifiques de développement des différents secteurs d’activité.