France compétences publie un premier bilan du CEP « nouvelle version »

Fichier attaché
c2rp-logo-france-competence.jpg
  • Type
    Etudes / Enquêtes
  • Date de parution
    avril 2021
  • Emploi/Formation, Formations
  • Producteur
    Autres producteurs

Le Conseil en évolution professionnelle (CEP) a pour ambition de permettre aux actifs :

  • d’améliorer leur qualification,
  • d’évoluer professionnellement,
  • et de sécuriser leur parcours par un accompagnement gratuit et personnalisé.

Ce service, assuré par des conseillers d'organismes habilités, est accessible tout au long de la vie professionnelle des individus.

Créé par les partenaires sociaux au cours des ANI de 2013 et institué par la loi de 2014, le CEP a été renforcé dans le cadre de la loi Avenir en 2018. Fin 2019, France compétences désignait 18 opérateurs régionaux en charge de délivrer le Conseil en évolution professionnelle auprès des salariés et des indépendants. Ces missions étaient auparavant confiées aux Fongecif et aux Opacif. La mise en place effective de ce service a débuté dans les premiers jours de janvier 2021.

Dans le cadre de ses missions d’évaluation, France compétences publie un bilan de cette première année de mise en œuvre.  

En 2020, 100 937 actifs occupés ont bénéficié du CEP

France compétences considère ce résultat comme positif, particulièrement au regard du contexte sanitaire de cette année 2020. Ce chiffre est également supérieur aux données de l’année 2018.

Le profil des bénéficiaires : une femme, employée, âgée de 26 à 44 ans

Pour majorité, ce sont les femmes qui ont eu le plus recours à ce service. Elles représentent 62 % des bénéficiaires. Les employés sont la catégorie socioprofessionnelle la plus représentée (68%). A contrario, 20% des individus mobilisant ce dispositif, sont des ouvriers et des employés de niveau 3 et infra. Ces actifs en emploi sont principalement âgés de 26 à 44 ans (71%) et 45 % d’entre eux exercent leur emploi dans une entreprise de moins de 50 salariés.  Les secteurs les plus représentés sont ceux de la santé humaine et de l’action sociale (23%) suivi du commerce (17%).

Recourir au CEP pour changer de métier, de secteur ou afin de découvrir des dispositifs d’aide à la transition professionnelle

Véronique Dessen-Torres, directrice territoires et partenariats de France compétences indique qu’une « grosse moitié des bénéficiaires viennent pour travailler leur projet professionnel et, parmi eux souvent pour changer de métier et de secteur plus que pour évoluer dans leur secteur d’activité ». La seconde motivation identifiée consiste à « trouver des informations sur les dispositifs » existants.

La qualité de l’accompagnement très largement plébiscitée par les bénéficiaires

90% des bénéficiaires déclarent le service utile et de qualité. Côté implantation, 666 sites et permanences sont répartis sur l’ensemble du territoire.

4 axes de progression émergent :

  • les délais d’accès au service peuvent dans certains cas être améliorés,
  • adapter le temps consacré à l’accompagnement selon que le service rendu réponde : à une demande de prestation courte et réactive, ou à un service plus approfondi,
  • légitimer et mieux déployer la mission du CEP en matière d’ingénierie de parcours et de compétences,
  • améliorer la notoriété du service auprès du grand public et des acteurs relais