L’accompagnement des seniors dépendants : 9 300 emplois à créer en Hauts-de-France d’ici 2030

Fichier attaché
c2rp-aides-domiciles-seniors.jpg
  • Type
    Etudes / Enquêtes
  • Date de parution
    novembre 2020
  • Emploi/Formation, Services A la Personne, Formations
  • Producteur
    Autres producteurs

L’INSEE Hauts de France publie une étude de projection à 2030 du nombre de personnes âgées dépendantes et d’emplois liés à la dépendance pour la région des Hauts-de-France.

Des besoins en emploi à horizon 2030 dans les Hauts-de-France

En 2015, dans les Hauts-de-France, 69 800 emplois à temps plein dédiés à la dépendance à domicile sont des emplois d’aide à domicile, aide-ménagère ou infirmier. En 2030, 79 100 emplois seraient nécessaires, soit 9 300 emplois supplémentaires.

Ces besoins en emploi seraient plus forts en hausse dans l’Oise (+21%) mais plus forts en nombre dans les départements du Nord (+ 3 400 ETP) et du Pas-De-Calais (+ 2 200 ETP) du fait de leur poids démographique plus important en Hauts-de-France.

Ces lieux d’emploi sont partagés entre le domicile des séniors et les institutions. Rappelons toutefois que le taux d’encadrement est moins élevé en institution qu’à domicile.

La prise en charge de la dépendance : un enjeu détaillé dans l’étude de l’INSEE

  • en institution, où la priorité serait donnée aux séniors à dépendance sévère.
  • à domicile à la fois par des professionnels et par l’entourage. En effet, l’aide de l’entourage est très prégnante puisqu’elle concerne, en 2015, 86% des seniors en perte d’autonomie vivant à domicile. Parmi eux, 6 séniors sur 10 déclarent recevoir beaucoup d’aide de leur entourage. Toutefois, ces aidants potentiels (en majorité entre 50 et 79 ans) vont eux aussi être de plus en plus concernés par la dépendance. Le nombre de séniors dépendants augmenterait plus vite que le nombre d’aidants potentiels dans les Hauts-de-France (21% vs 12%), entrainant une diminution de la disponibilité de ceux-ci. A horizon 2030, il n’y aurait plus que 5,9 aidants potentiels par sénior dépendant par rapport aux 7,9 en 2015.

De forts enjeux de recrutement et de formation

Les emplois dédiés à la dépendance sont souvent occupés par des femmes, en moyenne plus âgées que l’ensemble des salariés, et sur des emplois précaires en ce qui concerne les emplois à domicile. Ces métiers sont pour la plupart faiblement rémunérés et peu valorisés. La pénibilité du travail y est prégnante : les conditions de travail sont souvent difficiles et les risques professionnels élevés en raison d’une forte charge mentale et physique.

Du fait d’un manque d’attractivité de ces métiers, les enjeux de recrutement et de formation sont forts dans le domaine des services à la personne.

 

 

c2rp-cb-visuel-cb6-cartouche.jpg

c2rp-cb-visuel-cb6-cartouche.jpg, par sabrina

Découvrez notre espace dédié au contrat de branches n° 6
"Santé, social, services à la personne, silver économie et l’emploi à domicile"

Négociés avec les différentes branches professionnelles, les contrats de branches envisagent les plans d’actions économiques et de formation les plus adaptés aux enjeux spécifiques de développement des différents secteurs d’activité.