L’emploi salarié au plus bas depuis 5 ans

Fichier attaché
c2rp-salarie-emploi.jpg
  • Type
    Etudes / Enquêtes
  • Date de parution
    octobre 2020
  • Emploi/Formation, Formations
  • Producteur
    Autres producteurs

L’emploi salarié est passé sous la barre des 2 000 000 de salariés. Cette baisse a été plus forte dans le secteur public (non-renouvellement de contrats à durée limitée : contractuels, vacataires...) que dans le privé avec une baisse de 1,2% vs 1%. Les départements les plus touchés sont l’Oise, la Somme et l’Aisne.

Dans ce contexte particulier, l’intérim semble pourtant redémarrer avec 20% de hausse de ses effectifs notamment dans l’Oise, l’Aisne et le Pas-de-Calais (+34%, 34% et 27%) même si cette tendance régionale reste inférieure au niveau national (+23%).

Certains secteurs plus impactés que d’autres

  • Les services marchands

L’hébergement-restauration est le sous-secteur ayant été le plus impacté par le confinement (-7.6% de leurs effectifs sur un an) notamment dans l’Aisne et l’Oise. Les taux de fréquentation sont en chute libre dans l’hôtellerie. Les activités de spectacles et activités récréatives, le commerce, les activités financières et d’assurance et les activités immobilières viennent ensuite.

  • L’industrie

Une perte de 4 200 postes depuis le début 2020 répartie selon les spécificités régionales : l’agroalimentaire dans la Somme et le Pas-de-Calais, la fabrication d’équipement de matériel de transport dans le Nord et la fabrication de biens d’équipement dans la Somme.

  • La construction 

La baisse du nombre de permis de construire et des volumes de surface de plancher de locaux autorisés a entrainé la mise en place de l’activité partielle. Pour autant, ce secteur a pu garder le cap sur certains pans d’activités grâce notamment à la hausse du nombre de mise en chantier de locaux (+2.8%) en particulier dans l’Oise, la Somme et l’Aisne.

Effets à retardement sur le marché du travail

Le taux de chômage a baissé ce 2nd trimestre 2020 même s’il reste le plus élevé de France métropolitaine (8,6% vs 7,2%). Mais cette baisse traduit juste l’effet de confinement des personnes sans emploi. Les conséquences de la crise semblent n’être visibles que sur le 3e trimestre : une hausse du chômage est donc attendue. En parallèle, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A est en hausse de 19% du fait du basculement des personnes en activité réduite vers cette catégorie.

 

c2rp-impact-covid-emploi-formation-cartouche.jpg

c2rp-impact-covid-emploi-formation-cartouche.jpg, par sabrina

Dossier spécial Covid-19 : les impacts sur l'emploi et la formation

Ce dossier spécial rassemble les questions-réponses et les informations sur les impacts du Covid-19 pour les organismes de formation et les CFA. Il met également en avant les dispositifs et leurs adaptations pour y faire face.