L’impact de la transformation numérique sur les métiers du ministère de l’agriculture et de l’alimentation

Fichier attaché
c2rp-tranformation-numerique-agro-almentaire.jpg
  • Type
    Dossiers
  • Date de parution
    octobre 2021
  • Innovation, Métiers/Secteurs
  • Producteur
    Autres producteurs

La transformation numérique d’une organisation est une mutation profonde, qui nécessite de s’interroger sur ses missions, ses priorités et ses modalités d’intervention.

Par lettre de mission du 15 avril 2019, le Directeur de cabinet du Ministre de l’agriculture et de l’alimentation (MAA) a demandé au Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) de conduire une mission de conseil sur l’impact du numérique sur les emplois du ministère.

La mission a, dans un premier temps, analysé les impacts potentiels du numérique sur quatre métiers importants au MAA, qui représentent au total plus de la moitié des emplois du ministère : enseignant en lycée agricole, instructeur des dossiers de la politique agricole commune (PAC), contrôleur sanitaire en abattoir et agent en position d’encadrement à la direction des pêches maritimes et de l’aquaculture (DPMA).

Pour un enseignant en lycée agricole, les transformations sont déjà largement engagées, avec deux dimensions complémentaires : la formation technique professionnelle qui doit intégrer le développement des outils numériques et les nouvelles méthodes pédagogiques.

La seconde phase de travail a été consacrée à la construction d'une perspective plus générale et de plus long terme. Les métiers exercés au MAA représentent une diversité telle qu’il n’est pas possible d’anticiper les impacts à venir du numérique pour chacun d’entre eux.

Les transformations numériques des organisations ne se traduisent généralement pas par des gains d’effectifs significatifs. Les métiers et les pratiques de travail sont en revanche profondément modifiés. Il conviendra également d’acquérir de nouvelles compétences en maîtrise des bases de données au sein du ministère et de réaliser des investissements.

Un plan d’accompagnement devra permettre de réinterroger les métiers exercés et les organisations du travail dans les services opérationnels, puis de préciser les métiers concernés par la transformation et leur avenir, les compétences nécessaires et les cheminements à organiser (formation, accompagnement des agents à de nouvelles tâches...).

 

c2rp-cb-visuel-cb4-cartouche.jpg

c2rp-cb-visuel-cb4-cartouche.jpg, par sabrina

Découvrez notre espace dédié au contrat de branches n° 4
"Agriculture, agro-alimentaire, paysage et pêche"

Négociés avec les différentes branches professionnelles, les contrats de branches envisagent les plans d’actions économiques et de formation les plus adaptés aux enjeux spécifiques de développement des différents secteurs d’activité.