Point d’étape du plan d’action pour les métiers du grand âge et de l’autonomie

Fichier attaché
c2rp-seniors-aide-domicile.jpg
  • Type
    Etudes / Enquêtes
  • Date de parution
    décembre 2020
  • Services A la Personne, Métiers/Secteurs
  • Producteur
    Autres producteurs

En 2020, la crise sanitaire liée à la Covid-19 a bousculé la mobilisation des acteurs sur les métiers du grand âge et de l’autonomie : prime COVID-19 pour les aides à domicile, financement par l’Etat de 16 000 places de formation sanitaires et sociales, campagne de recrutement d’urgence sur les métiers du grand âge, discussions sur la revalorisation des rémunérations, formalisation du plan des métiers du grand âge et de l’autonomie, mise en place de formations modulaires pour les agents hospitaliers, signature d’un EDEC des métiers du grand âge et de l’autonomie,…

Parmi toutes ces démarches engagées, le plan pour les métiers du grand âge et de l’autonomie sera l’un des principaux leviers d’action. Il est décliné en 4 axes de travail objectivés :

 

  • Travailler sur l’attractivité des métiers pour répondre aux besoins RH urgents et sur le long terme : aujourd’hui un emploi d'aide à domicile sur 4 n’est pas pourvu.

Les objectifs sont de :

  • Répondre aux besoins urgents en matière de RH nés de la crise sanitaire :partenariat renforcé avec Pôle emploi, mobilisation des services civiques, étudiants, tout professionnel de santé ou personne avec expérience du secteur médico-social…
  • Changer l'image des métiers de l'accompagnement à l'autonomie : avantages symboliques de la profession, refonte de la formation des aides-soignants, création de vocations en tissant des liens entre les jeunes et des professionnels…
  • Développer les capacités d’accueil des formations et leur adaptabilité aux enjeux d'aujourd'hui et de demain : en 6 ans, on observe une baisse de 25% des candidatures aux concours d'accès aux diplômes d'aide-soignant et d'accompagnant éducatif et social.

Les objectifs sont de :

  • Diversifier les voies d'accès aux diplômes et lever les freins à l'engagement : alternance, VAE, campus des métiers et des qualifications (CMQ) dédié au grand âge, aides financières aux étudiants…
  • Augmenter les capacités de l'appareil de formation
  • Revoir les diplômes pour favoriser les parcours et la polyvalence établissement-domicile : travail sur les référentiels métiers, modularité des formations…
  • Donner une priorité forte à la réduction de la sinistralité et à l'amélioration de la qualité de vie au travail : les accidents du travail et maladies professionnelles sont 3 fois plus fréquentes sur ces métiers qu’en moyenne.

Les objectifs sont de :

  • Améliorer les conditions de travail : ajout dans les formations initiales un module de préventions des TMS, baromètre national sur la qualité de vie au travail…
  • Promouvoir l'innovation organisationnelle, managériale et technique : formation des cadres….
  • Améliorer les conditions de rémunération dans les secteurs du domicile et des établissements : près de 8 salariés sur 10 sont à temps partiel.

Les objectifs sont de :

  • Transformer les conventions collectives et les statuts de la FPH pour accompagner l'évolution des classifications et des rémunérations…
  • Soutenir un secteur fragile dans le déploiement d'une vraie politique de recrutement et de gestion des emplois et des compétences :groupements d’employeurs, guichet unique de la sécurisation des recrutements, de formation continue…

Chacun de ces axes œuvre pour l’attractivité des métiers du prendre soin.

 

 

c2rp-cb-visuel-cb6-cartouche.jpg

c2rp-cb-visuel-cb6-cartouche.jpg, par sabrina

Découvrez notre espace dédié au contrat de branches n° 6
"Santé, social, services à la personne, silver économie et l’emploi à domicile"

Négociés avec les différentes branches professionnelles, les contrats de branches envisagent les plans d’actions économiques et de formation les plus adaptés aux enjeux spécifiques de développement des différents secteurs d’activité.