Regards comparatifs sur la formation en Europe : un plafond de verre du côté des entreprises françaises

c2rp-logo-cereq.jpg
  • Type
    Etudes / Enquêtes
  • Date de parution
    juin 2020
  • Emploi/Formation, Formations
  • Producteur
    Autres producteurs

Une enquête CVTS (Continuing Vocational Training Survey) coordonnée par Eurostat et mené par le Cereq en lien avec la Dares, révèle que les entreprises françaises initialement parmi les plus formatrices, font preuve d'une grande stabilité dans le temps, conservant un modèle prédominant fondé sur les cours et les stages.

Les entreprises françaises sont assez fortement et régulièrement impliquées dans la formation des salariés au travers d’organisation de modalités classiques.

En France, le recours aux autres types de formation (conférences, séminaires, rotation des postes, formation en situation de travail) et l’accueil d’apprentis y sont en revanche plus faibles que dans d’autres pays européens.

On observe une grande stabilité des entreprises françaises en matière d’effort de formation :  le taux d’entreprises formatrices était de 74 % en 2005 et de 79 % en 2015, et le nombre moyen d’heures de formation par salarié de 12,8 heures en 2005 et de 12,4 heures en 2015.

La France reste pour ces indicateurs dans la moyenne européenne et se concentre plutôt sur l’adaptation au poste.

L’enquête met également en exergue le lien fort entre croissance économique et recours à la formation. En effet, l’effort de formation des entreprises évolue en fonction de la conjoncture.

 

c2rp-cb-visuel-cb9-cartouche.jpg

c2rp-cb-visuel-cb9-cartouche.jpg, par sabrina

Découvrez notre espace dédié au contrat de branches n° 9
"Formation professionnelle"

Négociés avec les différentes branches professionnelles, les contrats de branches envisagent les plans d’actions économiques et de formation les plus adaptés aux enjeux spécifiques de développement des différents secteurs d’activité.