Seconde édition du baromètre de la formation et de l’emploi

Fichier attaché
c2rp-teletravail.jpg
  • Type
    Etudes / Enquêtes, Vidéos
  • Date de parution
    février 2021
  • Emploi/Formation, Dispositifs, Formations
  • Producteur
    Autres producteurs

Pour la seconde année, Centre Inffo en partenariat avec l’institut de sondage CSA publie son baromètre de la formation et de l’emploi. Cette enquête a été conduite en janvier 2021 auprès de 1600 actifs français. Elle donne l’opportunité d’apprécier le regard que les Français portent sur la formation et leur devenir professionnel.

Dans un environnement incertain, les actifs se sentent davantage responsables de l’adaptation de leurs compétences

Cause sanitaire oblige, la confiance des français dans leur avenir professionnel, marque le pas. S’ils étaient 75 % à être optimiste dans la précédente édition de l’enquête, ils ne sont plus que 58% à l’être en 2021. Ils se considèrent également davantage responsables de l’évolution de leurs propres compétences. Ils ont de cette façon une perception accrue des enjeux de transformation de leurs métiers et des compétences associées. 42 % des sondés estiment ainsi que leur métier évolue très rapidement, contre 33 % en 2020.  Concernant leur mobilité professionnelle, un actif sur deux envisage à moyen terme de changer d’emploi. 33 % anticipent ce changement dans les deux ans à venir.

Une confiance dans la formation accrue et perçue comme un moyen de maintenir son employabilité

Dans un environnement économique incertain, la part des actifs considérant que se former est une nécessité pour maintenir son employabilité, progresse de 4 points pour atteindre 88 % des personnes interrogées en 2021. Ils sont également moins nombreux à considérer les formations comme inutiles (27% pour l’enquête de cette année, contre 36 % pour l’édition de 2020).  Effet de la réforme pour la liberté de choisir son avenir professionnel et de la désintermédiation du marché de la formation, seulement 22 % des individus considèrent que le sujet de la formation professionnelle concerne les pouvoirs publics, les branches professionnelles ou leur employeur. Ce pourcentage est en recul de 14 points par rapport à l’enquête précédente.

Une appétence pour la formation de plus en plus prégnante

Les actifs sont ainsi de plus en plus nombreux à vouloir se saisir de leurs droits à la formation. Près d’un actif sur deux prévoit de suivre une formation au cours des 12 mois à venir et 62 % connaissent déjà la formation qu’ils vont suivre. Les formations les plus plébiscitées relèvent des domaines : des langues étrangères, de l’informatique, du management, du médical et du paramédical ou encore de la restauration.

Un accroissement des projets de reconversion professionnelle

Les reconversions professionnelles ont également le vent en poupe. Un actif sur deux envisage une reconversion et 27 % comptent se lancer dans ce nouveau projet. Julie Gaillot, directrice du pôle Society au sein de l’institut CSA, indique que la crise sanitaire a joué un rôle déclencheur dans l’établissement de ces projets. Plusieurs motivations guident ces individus, ils souhaitent ainsi réaliser un métier davantage en accord avec leurs valeurs ou en lien avec leurs passions. D’autres sont motivés par la volonté de consacrer plus de temps à leurs proches ou à un métier davantage porteur de sens et répondant à une « réelle » utilité.

Une volonté d’être mieux informé distinctement exprimée  

85% des interrogés connaissent le compte personnel de formation. Ils ont également davantage connaissance du montant de leurs droits (42% contre 25 % en 2020). En revanche plus de la moitié des personnes interrogées se déclarent insuffisamment informées en matière de formation. La meilleure connaissance des modalités de financement de la formation, des possibilités d’accompagnement, des métiers porteurs et des lieux d’information et d’orientation, leur permettrait une meilleure mobilisation des dispositifs et serait, selon-eux, une aide importante dans le choix de leur formation.

 

  • L’enquête est téléchargeable sur le site de Centre Inffo après avoir saisi un formulaire de téléchargement.
  • Le baromètre a également fait l’objet d’un webinaire de restitution.